en_tete
S.D.F.

De la burle aux alizés en téléchargement libre

Saltimbanques Des Flots

Notre périple à Cuba.

Nous sommes restés environ six semaines à Cuba.
Notre point de départ a été Santiago de Cuba, où nous avons accompli les formalités douanières.
Nous avons ensuite longé la côte sud de l’ile. Les paysages sont verdoyants, montagneux et déserts. De jolies petites criques offrent des mouillages tranquilles et bien abrités.
Le vent est portant, la mer belle et la navigation agréable et reposante. A la première pointe de l’ile se trouve Cabo Cruz, avec son grand phare et son récif de plusieurs dizaines de mètres.

Nous nous dirigeons ensuite dans les Jardins de la Reine où nous naviguons une bonne semaine.
De nombreuses bouées, certes vétustes et en piteux état, sont restées en position. Elles nous guident entre toutes ces centaines de petites iles constituées pour la plupart de mangrove.
Certaines fois, les cartes ne correspondent plus car la mangrove a envahi la mer, les piquets indiquant les récifs ont été emportés par le courant.
Ces iles fourmillent d’oiseaux multicolores et de moustiques!
L’eau semble verte car le fond n’est qu’un immense herbier mais elle est d’une clarté cristalline. Non loin de chaque mouillage, une ou deux cailles près des récifs constituent un garde manger exceptionnel. Patrick, avec masque, tuba et palmes descend chercher deux trois langoustes et admire la faune et la flore.

Avec les garçons, ils observent dans un seul coin trois requins, des poissons anges gris, des centaines de petits poissons de toutes les couleurs, un barracuda géant et le repas du soir..;Nous avons mangé de la langouste pratiquement tous les jours à tous les repas:
cuites au court bouillon avec mayonnaise française (celle de Cuba est infecte) dans la salade de riz, avec des pates à la tomate, en sauce mijotée oignons/ vin blanc/tomates et également, sur les bons conseils de Franck, en gratin/béchamel au citron.

La pêche à la traine a été plus compliquée mais très sportive. Nous avons remonté plusieurs barracudas de taille impressionnante et déjà attaqués par un plus gros poisson passant par là et profitant de l’aubaine.
La plupart du temps, nous relâchons ces poissons que nous ne pouvons manger pour cause de ciguatera et ils repartent en bonne forme.
Nous pêchons également des bonites qui sont délicieuses en carpaccio au citron vert.

Du côté de Cayo largo, les récifs sont grandioses (plusieurs kilomètres), les plages immenses et l’eau turquoise.
Le fond étant constitué de hauts plateaux, l’eau est très chaude et atteint les trente degrés. En remontant ensuite sur La Havane, nous croisons vents et courants contraires.

La saison des Cyclones arrivant, nous avons rejoint Les Bahamas et n’avons pas navigué sur la côte Nord.
Ceci n’est peut-être que partie remise…