en_tete
S.D.F.

De la burle aux alizés en téléchargement libre

Saltimbanques Des Flots

MOOREA, PETITE SOEUR DE TAHITI

Après un retour des Marquises  plutôt calme, un fort agréable séjour familial dans notre trio d'îles des Tuamotu, Fakarava, Toau, Tahanéa, une petite semaine à Fakarava sud en compagnie de nos plongeurs préférés, Cathy et Gilles, nous nous dirigeons vers Tahiti. Malgré une grosse houle,  un vent soutenu  et régulier nous permet d'atteindre de manière sportive mais rapide la grande ville.
Cependant, après trois jours de mouillage près de la marina Taïna, en compagnie de dizaines de bateaux, d’un retour brutal  à la civilisation ,  de deux après-midi "boutiques", nous traversons sur Moorea, fuyant avec joie le brouhaha de la capitale.

L'archipel de la Société est scindé en deux groupes d'îles : les îles sous le vent situées à l'ouest et les îles du vent, à l'est.

Moorea, île du vent, se trouve à dix miles dans l'ouest de Tahiti, sa surface est de cent –trente-trois  kilomètres carrés, et la route circulaire qui en fait le tour est longue de soixante kilomètres. Le mont Tohiea culmine à 1207mètres, le mont Rotiu s'élève à 900
mètres d'altitude, entre les deux baies de Cook et d’Opunohu, très connues et prisées par les touristes. Une barrière de corail l’encercle, mais douze passes permettent d’y accéder. Certaines sont balisées, d'autres, plus aléatoires, sont réservées aux petites embarcations et aux habitués.

Environ seize milles personnes vivent sur cette île,  beaucoup effectuent un aller- retour quotidien pour aller travailler à Papeete.
De nombreux ferries et  catamarans rapides transportent passagers, véhicules et marchandises d'une ile à l'autre dans des va-et-vient incessants.

Les principales activités de l'île sont le tourisme, la culture de l'ananas et la pêche.
Après Tahiti et Bora- Bora, c'est la destination de nombreux vacanciers, dans les nombreux hôtels sur pilotis, petites cases posées sur l'eau turquoise du lagon, et des voiliers jetant leurs ancres à l'arrière de la barrière de corail.
Mooréa est le principal producteur d'ananas en Polynésie, la célèbre fabrique de jus de fruits Rottui est installée au centre d'une vallée verdoyante, entourée de coteaux fertiles recouverts par de nombreux champs d'ananas.
Un important collège agricole s'étendant sur des dizaines d'hectares propose un parcours botanique au travers de champs, plantations, forêt tropicale et permet de découvrir plantes, fruits et arbustes en tout genre.
Cette promenade d'une heure, un peu éreintante, se termine par une dégustation de confitures confectionnées par les jeunes étudiants et un grand verre de jus d'ananas!

De nombreux marae, temples à ciel ouvert, sont répartis dans l'ensemble de l'île et témoignent de l'importance de la vie communautaire dans la vie des habitants.

Notre catamaran trouve une place à quai, sur un ponton de la marina Vaiare. Cette petite et charmante marina offre un abri sûr, bien protégé du vent et de la houle. L'accueil y est sympathique, les voisins charmants.
Nous apprécions l'eau et l'électricité à bord et profitons de tout ce confort pour effectuer certains travaux de nettoyage et bricolage.
Patrick change la bosse d'enrouleur du génois, la balancine, et le bout du charriot d'écoute de grand- voile, il révise le compresseur de plongée...
À Papeete, j'achète du tissu polynésien, fleuri et coloré, et je confectionne des paréos multicolores et des housses pour les coussins du carré.
Mes connaissances en couture ne sont pas formidables, mais j'ai du cœur à l'ouvrage et, après trois journées de travail, quelques jurons, le carré à revêtu un aspect lumineux, fleuri et parfaitement polynésien.

Nous laissons le bateau dans cette belle ile en forme de cœur, et rentrons en métropole pour un mois de retrouvailles familiales, chaleureuses et festives.
La suite du voyage n'est pas encore bien définie, mais l'inconnu aussi fait partie de l'aventure!