en_tete
S.D.F.

De la burle aux alizés en téléchargement libre

Saltimbanques Des Flots

Balade en Nouvelle-Zélande

Après un mois passé dans la Baie des Îles, nous naviguons jusqu'à la ville de Whangarei, en direction du Sud. Le temps est plus doux, nous profitons de belles escales dans des baies abritées où nous enchante une nature verdoyante et généreuse.
La plongée en bouteille est autorisée pour la récolte des coquilles Saint- Jacques, moyennant le respect de deux règles :

  1. La taille des coquilles doit être de dix centimètres ou plus.
  2. La quantité de vingt pièces par personne ne doit pas être dépassée.

En bons français, nous trichons un peu lors de notre première plongée mais nous sommes rattrapés par les gendarmes qui nous demandent de relâcher immédiatement nos quelques coquilles supplémentaires. Nous échappons au procès-verbal car nous avons scrupuleusement respecté la taille requise, ouf !
Nous les dégustons crues, simplement poêlées ou plus savamment cuisinées.

Quelques jours au port de Whangarai nous permettent de vivre en citadins. Située à quelques mètres du centre-ville, cette marina agréable offre un confort paisible, les marchands de glaces et autres boutiques sont à portée de pas, ce n'est pas si fréquent pour nous !

Fin février, le bateau est sorti au chantier voisin, le voici bien calé en bordure de rivière. Nous pouvons louer une voiture et partir en toute quiétude pour un mois de balade dans les deux îles.
La conduite à gauche demande un certain temps d'adaptation, nous cherchons le frein à main dans la portière, nous actionnons les essuies -glaces à la place du clignotant et le premier passage dans un rond-point nous donne quelques sueurs froides !

Nous choisissons de dormir chaque soir chez l'habitant, nous réservons de jour en jour une chambre le long de notre route. Nous faisons ainsi la connaissance de charmantes personnes accueillantes, confiantes, attentives à notre histoire de mer...
Partout, nous rencontrons de la gentillesse, des attentions, nous recevons de bons conseils pour les visites programmées.

Notre périple débute sur l'île du Nord par une visite des Waimoto Caves, grottes souterraines dans lesquelles vivent des milliers de lucioles. Une visite guidée suivie d'une promenade en bateau, dans un noir total, permet d'admirer des petites lumières dessinant sur les voutes de scintillantes voies lactées.  Nous rejoignons ensuite Wellington, visitons le musée, baladons sur les quais, puis nous embarquons pour la traversée en direction l'île du Nord.
La traversée est assez rapide mais assez agitée, je suis malade et je n'ai vraiment pas l'air malin avec ma veste de quart !

Sur l'île du Sud, les paysages sont féeriques malgré la sécheresse sévissant cet été.
Nous traversons des plaines agricoles, des vallées de moyenne altitude, longeons des lacs de montagne...
Nous nous émerveillons devant cette nature parfois semblable à celle des Alpes, parfois méditerranéenne et quelquefois ressemblant à un savant mélange des deux.
Des milliers de vaches, de brebis, de moutons, de lamas, de biches et de cerfs broutent dans des immenses pâturages.
Les exploitations agricoles nous semblent démesurées, un vigneron possède cent soixante hectares de vigne, les troupeaux de vache comptent des centaines de têtes, les pommiers chargés de fruits colorés s'étendent à perte de vue....
A Milford Sound, nous naviguons sur un bateau de croisière pour parcourir un grand fjord entouré de montagnes. L'eau glacée des cascades nous éclabousse, les hautes montagnes enneigées nous surplombent, les otaries se prélassant sur les rochers nous saluent.
A quelques dizaines de kilomètres de la mer de Tasmanie, nous retrouvons des paysages de glaciers, de cascades, de rivières. 
Les plages aussi offrent leur lot de curiosités : des rochers en forme de boules, des roches empilées en couches transversales, des centaines d'otaries, des bulldozers et des tracteurs agricoles tirant les bateaux hors de l'eau....
Nous randonnons en direction des glaciers, aux abords du cratère rouge et des lacs environnants aux différentes couleurs de bleus.

La visite de la forêt de Kauehi nous enchante, nous restons médusés devant ces troncs de taille impressionnante, nous écoutons respectueusement un Mauri entonner un chant traditionnel, nous aimerions que ces arbres puissent nous raconter la vie d'avant, il y a deux mille ans...

Nous terminons notre périple par la découverte du Cap Reinga, tout au nord de l'île du Nord, là où les eaux de la mer de Tasmanie rencontrent celles de l'océan pacifique. A cet endroit, un étrange bouillonnement créé des tourbillons épisodiques, des remous de couleur marron se forment à la surface, puis disparaissent.

Plus de six mille deux cent kilomètres parcourus !
Nous revenons au bateau avec des multitudes d’images de paysages différents.
Nous gardons aussi en mémoire la propreté exemplaire des lieux publics, la courtoisie des conducteurs, la gentillesse de nos hôtes.
Nous laissons ce magnifique pays pour un séjour en métropole, faisons le plein de câlins à nos enfants, nos parents et nos petites- filles.

De retour sur le chantier, nous terminons les travaux, la coque est maintenant, pour la première fois, peinte en rouge, les safrans neufs sont à poste, tout est prêt pour continuer l’aventure !
Est-ce les deux mois consécutifs passés à terre, est-ce l'automne qui arrive, nous sommes motivés comme jamais pour rejoindre la zone tropicale, là où l'eau chaude, le soleil et les températures raisonnables nous attendent.