en_tete
S.D.F.

De la burle aux alizés en téléchargement libre

Saltimbanques Des Flots

TOAU, APATAKI: rencontres au sommet

Notre camp de base se trouve à Fakarava, mais nous nous échappons de temps en temps, pour découvrir ces deux atolls plus au Nord.

De taille moyenne, Toau est peuplé d'une vingtaine de personnes, dont les célèbres " Valentine et Gaston", à l'Anse Amiot.
Là, dans cette baie abritée, située au Nord-Ouest de l'atoll, nous passerons des moments exaltants:
-Après-midi papotage ou pétanque, à l'ombre des arbres décorés de bouées multicolores...
-Soirée langoustes, carangues grillées au feu de fois, desserts " bateau" en tout genre...
-Musique avec guitare et youcoulélé, cantiques et chants folkloriques....
-Danses variées jusqu'à l'arrêt du groupe électrogène
-Culte dans la minuscule église emplie de joie, de foi et de ferveur...
-Plongée profonde, aux alentours des soixante- dix mètres, et émerveillement devant des falaises abruptes, aux coraux en forme de roses...

Notre second mouillage, au Sud de l’île, est tout aussi exceptionnel, mais plus calme! En compagnie de l'équipage de Téréva, nous plongeons dans la passe Otugi, où des milliers de poissons multicolores nous attendent, et où le mur de requins nous impressionne encore,  visitons le village abandonné de Matagai, à deux miles plus au Nord, cueillons des noix de coco, tentons infructueusement des pièges aux kaveus, crabes de cocotiers sans coquille.

Un ennui mécanique nous contraint à sortir notre bateau de l'eau. Sur les bons conseils de Michèle et Philippe, nous nous rendons au chantier d'Apataki,
Nous entrons dans le lagon par la passe Pakaka, longeons le village de Niutahi et ses fermes perlières, puis prenons une bouée chez " Pauline et Alfred", autre couple remarquable et légendaire.
Sur ce chantier du bout du monde, la famille toute entière se met en quatre pour vous être agréable.
A leur hospitalité, leur sourire et leur gentillesse s'ajoutent leur professionnalisme et leur attention pour notre bateau sorti précautionneusement de l'eau et calé sur le chariot.
La réparation mécanique est un franc succès, les nouveaux panneaux solaires fonctionnent à merveille et leur rendement épate le capitaine qui surveille, perplexe, son contrôleur de charge.
Nous voilà donc équipés de trois panneaux solaires de 190 Watt chacun, et, avec le soleil des Tuamotu, l'électricité abonde, le dessalinisateur peut désormais fonctionner à l’énergie solaire !

Ces deux atolls visités, nous rentrons à Fakarava  en compagnie de Charade. Vous vous souvenez du petit garçon qui confectionnait les truffes aux Bahamas?
Nous avons eu le grand plaisir de retrouver sa famille, de partager à nouveau  plongées, repas, bavardages et soirées chartreuse....
Le bonheur à terre continue, les activités s’enchainent. Polissage de nacres à la ferme perlière, confection d’un ti’fai’fai , balades à vélo, accompagnement de classes scolaires pour la visite d’un bateau scientifique, la vie polynésienne continue à nous enchanter…