en_tete
S.D.F.

De la burle aux alizés en téléchargement libre

Saltimbanques Des Flots

Disney World

L’étape incontournable d’un séjour en Amérique est la visite du monde de Mickey. Notre bateau est en sécurité, à une bouée dans la merveilleuse ville coloniale  de Floride, Saint-Augustine.

Il était une fois une petite souris aux grandes oreilles, légende enfantine devenue l’emblème d’une usine à rêves.
Dans ce pays magique, imaginé dès 1930 par Walt Disney, dans ce royaume enchanté, nous restons trois jours et visitons trois parcs, sur les cinq qui couvrent la superficie de 120 kilomètres carrés.
Nous logeons à l’Hôtel Carribean Beach, immense ensemble de bungalows bordés de verdure, de lacs et plages de sable fin, de piscines entourées de palmiers.

-Magic Kindom abrite le château de Cendrillon, le pays des contes de fées, la maison de Mickey Mouse, le monde intersidéral de Space Moutain et le voyage au temps de la piraterie avec les pirates des Caraïbes….
C’est le parc où les enfants sont rois, les petites filles habillées en princesses rivalisent de coiffures brillantes et de robes à volants.
C’est ici que les américains adultes retrouvent leur jeunesse, que la magie des rêves opère à grand renfort de musique entrainante, de décors somptueux, de sourires charmeurs, de vitrines alléchantes.

-Epcot  divisé en deux secteurs, comprend le monde du futur et la vitrine du monde.
Ce parc s’appuie sur les technologies avant-gardistes, l’immense géosphère offre une traversée dans le temps qui se termine en voyage interstellaire.
De « mission space » à « test track », en passant par  « soarin », les sensations fortes sont au rendez-vous.
Pour nous remettre de nos émotions, la visite de pavillons étrangers nous invite à un voyage géographique, gastronomique (nous mangeons un croissant et un gâteau bons comme chez nous), culturel et linguistique.

-Disney MGM Studios recrée l’atmosphère des films réalisés par Disney et par la MGM. Nous entrons dans les coulisses du film Indiana Jones avec ses cascades spectaculaires, nous découvrons les tableaux vivants des scènes des grands classiques du cinéma.
L’attraction la plus effrayante est, sans nul doute, la « Twilight Zone Tower of Terror ». Dans un décor d’hôtel abandonné, dans l’obscurité totale et cernés par des bruits angoissants, nous faisons une chute de treize étages, remontons, redescendons sans fin.
J’ai l’impression de descendre plus vite que mon estomac, de remonter plus rapidement que le siège sur lequel je flotte, je ferme les yeux et me cramponne à Patrick !

Rien de tel qu’une visite dans ce monde magique pour échanger la routine contre la poésie des fables, pour afficher son bonheur familial en se félicitant du progrès technologique, pour maitriser  un jour ou deux le temps et l’espace.
Dans cet univers, les américains, patriotiques, disciplinés, contemplent leur idéal de vie comme dans un miroir.
« Miroir, miroir, quel est le plus beau peuple ? »