en_tete
S.D.F.

De la burle aux alizés en téléchargement libre

Saltimbanques Des Flots

L’église en Amérique.

La religion tient une grande place dans la vie des américains.
En effet, sur les billets de banque est indiquée la phrase « In God we trust », à l’entrée de certaines villes un panneau porte l’inscription « God bless the city (le nom de la ville suit) ».
L’idée et l’envie d’aller à la rencontre de ces chrétiens s’imposent de manière évidente.
Patrick a très gentiment installé sur Google Earth les icones représentant les églises.
Lorsque nous ne sommes pas en navigation, et si une ville ou un village se trouve à proximité de notre bateau, je profite du dimanche matin pour me rendre, seule ou en bonne compagnie, à l’office de l’église la plus proche.

Dans chaque quartier, les églises sont nombreuses, parfois trois dans la même rue. Toutes les tendances sont représentées, chaque église assurant deux ou trois cultes dans la matinée.
En Amérique, les églises sont, à quelques exceptions, tellement fréquentées qu’il ne faut pas arriver en retard !
A l’entrée, une personne nous accueille fort gentiment et nous confie le « programme » où sont inscrits les numéros des chants, les prières, les lectures bibliques, les invitations à être debout… 
Ceci facilite la compréhension, car je maitrise davantage l’anglais écrit que celui parlé à une allure trop rapide pour moi.
Par contre, lors du sermon, je ne peux pas suivre et décroche rapidement !
Une chorale ou un petit orchestre accompagne souvent les chants que connaissent parfaitement les fidèles qui chantent la plupart du temps, recueils fermés.
L’intérieur des églises est très sobre, se rapprochant plus des temples protestants de notre pays, la communion est servie avec du pain et du jus de raisin.
En général, dans la plupart des cultes, les morceaux de pain sont prédécoupés et le jus de raisin est contenu dans des minis gobelets.
La ferveur et la foi des habitués est palpable, touchante et poignante.
A la fin de chaque office, nous sommes invités à partager un café, des gâteaux et à faire connaissance. Patrick et moi avons même été invités à déjeuner.

Mais la plus impressionnante célébration à laquelle nous avons assisté a été pour la nation : « Celebrate America »
Ce fut, dans une église pleine à craquer, une succession de cantiques, d’hymnes, de prières pour le pays, de prières pour les forces armées….
Cornemuse, clairons, saxophone, trompettes accompagnaient les chants et les mélodies.
Chose incroyable et incompréhensible pour notre culture, les hymnes de l’Amérique sont entonnés par toute l’assistance recueillie avec la main sur le cœur. « God bless America »,  « Battle Hymn Of The Republic » résonnent dans un respect et une passion qui nous donnent des frissons dans le dos !
A la fin de la cérémonie, les centaines de personnes présentes s’agenouillent et prient ensemble pour le Président des U.S.A. « Grant to Barack, our President, wisdom and strength to know and do thy will. Fill him with the love of truth and righteousness, and make him ever mindfull of his calling to serve this people in the fear…. »
Après ces instants riches en émotion, une boisson spéciale est servie sur le perron. Une boule de crème glacée à la vanille noyée dans de la bière sans alcool, l’idée du partage est louable mais le breuvage étrange !

Je garderai un souvenir ému de ces différents offices, ces moments privilégiés de recueillement, de louange et de prières rassurent et confortent, remplissent ma vie d’envie de partage et d’amour.