en_tete
S.D.F.

De la burle aux alizés en téléchargement libre

Saltimbanques Des Flots

Plongée à Tobago


Contrairement à La Barbade, aucun site ici n’est indiqué ni matérialisé par des bouées. Il convient donc de s’y rendre en parfaite autonomie (cartes des sites, points G.P.S…) et avec un goût prononcé d’aventures subaquatiques.
Exception faite pour une épave le Maverick, ferry coulé en 1997 qui repose par trente mètres de fond, près de Rocky point, au large de Mt Irvine, (Bidon bleu et bouée blanche) et dont la visite tient toutes ses promesses en découvertes, en couleurs.
Il parait important de préciser que la visibilité est bien meilleure en hiver qu’en été, à cause (ou grâce) de l’influence du courant équatorial remontant les eaux de l’Orénoque. Lorsque la température se réchauffe, des algues minuscules développent des suspensions en surface, celles-ci réduisent la visibilité jusqu’à 10 mètres, déroutant les plongeurs mais favorisant la reproduction des poissons !
On retrouve dans les plongées que nous avons pu faire sur l’île, toute la faune des Caraïbes, en plus grande, en plus nombreuse, en plus spectaculaire. Bien sûr, toutes les variétés d’anges, qu’il faut parfois pousser pour passer et mes préférés, les anges gris, mais aussi requins, tortues, crabes, langoustes, raies mantas ou léopards peuplent ces fonds encore sauvages et authentiques.
Coté flore, chaque descente est un émerveillement devant ces bénitiers, éponges, vases et autres coraux multicolores.
A Speyside, se trouve le deuxième plus gros cerveau du monde mais nous n’avons pas pu aller plonger dans ce coin où le courant est parfois trop violent, allant jusqu’à cinq nœuds, empêchant toute approche prudente.
La majorité des sites se trouve sur la côte sous le vent, au Sud de l’île ainsi qu’au Nord de l’île, et aux alentours de Speyside.
Nous partons plonger en annexe pour tous les sites non loin des mouillages tranquilles où nous avons posé notre ancre ( English’man Bay, Bucco Reef…). Pour les plongées phares de London Bridge et celles des Sisters, nous avons préférer louer les services d’un pêcheur local qui,  pour une somme très raisonnable, nous emmène dans sa barque, assure la sécurité surface en suivant nos bulles et nous ramène au bateau où nous partageons en toute sympathie la bière du débriefing.
A Tobago, il est encore, mais pour combien de temps, permis de plonger avec les fusils de chasse sous-marine. Est-ce raisonnable ?
Pour la plongée « palmes/masque/tuba », chaque  visite de rochers a été également un ravissement. Que de belles couleurs, que de formes de végétation différentes ai-je pu admirer en restant à la surface ! De quoi sans doute me donner envie de descendre un peu plus bas !

1