en_tete
S.D.F.

De la burle aux alizés en téléchargement libre

Saltimbanques Des Flots

PLONGEES AUX ILES TUAMOTU

Les plongées aux îles Tuamotu nous ont apporté beaucoup d’émotions, mais chaque passe, chaque île est différente et plusieurs paramètres doivent être étudiés sérieusement avant chaque mise à l’eau.
Les plongées sont dérivantes, le courant varie suivant les vents et les marées. L’ensachage des lagons, dû aux fortes houles, peut annuler le courant entrant. Les plongées se font dans les passes, généralement par courant entrant, ou sur les abords extérieurs des tombants par courant sortant.
Les passes peuvent être profondes ( Tétamanu, Tiputa…) et la plongée se situe dans la passe ou peu-profondes ( Toau, Tahanéa….) et la plongée commence sur le tombant, se poursuit dans la passe, à la recherche d’un trou ou d’une grotte. L’eau est à 27/29degrés, la visibilité exceptionnelle, la faune innombrable.


Fakarava, passe Nord:

Conscients de la force du courant dans la passe, de la hauteur du  mascaret dans lequel notre annexe aurait été bien bousculée, et de notre ignorance des reliefs sous- marins, nous choisissons de plonger accompagnés d'un moniteur qualifié et ayant une grande habitude du terrain de jeu.

C'est donc dans un grand bateau de pêche au moteur puissant d'une centaine de chevaux, que nous partons pour l'extérieur de la passe  Garue, par une belle matinée ensoleillée.
Sans tracas de sécurité surface, tout nous semble simple et nous savourons la douceur du " tout compris"!
Après le briefing de début de plongée,, nous nous jetons à l'eau dans le grand bleu, puis rejoignons le tombant sur une vingtaine de mètres d'eau. Et là, nous devons nous accrocher aux rochers, essayant de nous caler le plus possible pour ne pas nous faire emporter par le courant et nous assistons au spectacle grandiose de la faune présente: au premier plan, des bancs de perches argentées, de chirurgiens, au second plan, les requins aux pointes blanches ou noires  qui longent le tombant, cherchant leur repas. tout prêt de nous, les petits poissons, demoiselles, clowns, ont quitté leur refuge de corail pour profiter de la marée et se nourrir.
Nous luttons contre le courant, nous cramponnant des deux mains, les bras tendus, et nous calant avec les palmes aussi confortablement que possible, pour imprimer dans nos mémoires ces instants magiques, ce défilé digne d'un documentaire animalier sur Arte, en version réalité.
Ensuite, ce sera une balade au travers des canyons et des failles de la passe,  emportés  par un courant puissant, et accompagnés de bancs de perches argentées, d'un immense napoléon et d'une élégante  raie Manta. La pause dans le trou «  Ali-Baba » est un grand moment, les poissons forment un écran autour de nous !
La remontée sur le bateau est un peu sportive et je suis hissée à bord de manière  énergique  par Vincent et son pilote, entre deux grosses vagues de mascaret.
Plus tard, nous ferons à deux reprises cette magnifique plongée dérivante avec Serge: service trois étoiles, maîtrise exceptionnelle des courants, de la faune et de la flore, grands moments de bonheur...


Fakarava, passe Sud:

Cette passe, très connue, est bien fréquentée. Sur sa rive, se  trouve sans doute l'un des plus beaux clubs de plongée du monde, avec vue sur la passe, petite plage et cocotiers...
En ayant pris soin de demander quelques conseils aux plongeurs des clubs et des bateaux de plongée, nous ferons une  trentaine de fois cette merveilleuse plongée, sortante ou entrante:

- En début de courant sortant, nous sommes lâchés en amont de la passe, par cinq mètres d'eau, puis nous descendons  dans la veine profonde de la passe, jusqu'à vingt-cinq mètres, en compagnie de requins, thons, barracudas, et autres poissons de récifs, colorés et variés.
Nous longeons le tombant de la passe, emportés par le courant. Les requins dorment au fond d'un goulet, certaines tournoient autour de nous, d'autres, plus gros, restent heureusement plus distants.
Un géant napoléon, un peu agressif, vient même me frôler sans délicatesse!
Nous sommes récupérés par notre sécurité surface du côté de l'océan, mais le mascaret n'est pas trop fort et nous ne rencontrons aucun problème pour remonter dans l'annexe, tout en papotant.

- Courant entrant, c'est le côté « club de plongée »que nous visiterons, sans nous lasser. Nous sommes lâchés côté océan, ou une bouée blanche  nous indique le début de la  passe. Le courant nous emporte dans le monde de Némo, les requins sont encore là, un carrelet, une raie léopard, et la faune habituelle. Sur vingt- sept mètres, installés .à l’abri du courant dans une petite cavité, nous regardons le mur de requins, émerveillés !
La plongée se poursuit le long de la cote, et nous remontons tranquillement en admirant  les napoléons, les bancs de poissons, mais en faisant attention aux piquets, restes d'un parc à poissons ou anciens repères.
Nous pouvons directement rejoindre le catamaran, mouillé non loin, ou nous faire récupérer par l'annexe.


Tahanéa, passe Teavatapu:

Et voilà, nous sommes maintenant sur une ile pratiquement déserte, avec deux catamarans de plongeurs, face aux logiciels de marée discordants, aux conseils des pêcheurs, aux impressions visuelles collectées par les allers et les retours en annexe dans la passe.
Deux plongées  seront ratées, une sera politiquement correcte, et les plongeurs ne verront que du bleu dans la seconde.
La sécurité surface n'est pas une partie de plaisir, dans les vagues du mascaret, mais la compagnie des raies mantas, des dauphins, des thons sautant hors des l'eau pour échapper à un prédateur est une contre-partie agréable et magique!


Toau, passe Otugi:

Nous ne sommes plus que deux bateaux à présent, mais les discussions vont toujours bon train, et nous  attendons parfois  les courants entrants, au milieu de la passe, sur notre annexe, avant de revenir secs au bateau !
En cas de courant sortant, cette plongée peut être dangereuse car il existe, selon les bons conseils d'un moniteur de plongée, des courants descendants en dehors de la passe.
Nous sommes disciplines et nous n'irons pas tenter  le parachutisme sous- marin !
Nous sommes lâchés en dehors du lagon, sur le coté, sur vingt à trente mètres de fond, nous longeons le tombant, en nous accrochant pour admirer les bancs de poissons, avec, en toile de fond, des dizaines de requins plutôt gros, mais assez distants, ouf!
Nous voudrions que le temps s'arrête, et rester dans cette féerie aquatique le plus longtemps possible, sans regarder le cadran de l'ordinateur et le temps de palier maximum que nous nous sommes fixé avant la descente.
Le retour dans la passe est  facile, plutôt ludique, nous sommes emportés et volons avec le courant, les carangues à plumes nous accompagnent, les thons défilent en lignes rectilignes, les poissons rouges se cachent dans la grotte centrale, le spectacle continue, émouvant  de diversité, de couleurs, de vie...
Nous sommes récupérés avec plus ou moins de réussite par l'annexe, la passe est vraiment très large côté lagon, mais peu agitée.


Toau, anse Amiot:

Notre catamaran mis sur bouée chez Gaston et Valentine, nous décidons de plonger sur le tube, un tombant à environ un mile de la passe
Cette plongée profonde est préparée avec soin, l’annexe est chargée d'une bouteille supplémentaire de sécurité, qui nous sera envoyée sur lancement de parachute rouge.
Dans le grand bleu, le long de la paroi, nous descendons jusqu'à une bonne soixantaine de  mètres, dans  le goulet  aux coraux en forme de roses et à l'architecture somptueux.
Tout est grandiose, majestueux et nous avons l'impression de planer à côté d'une montagne couverte de roses.

De gros napoléons viennent y jouer à cache-cache, des poissons rouges  ont trouvé refuge dans une grotte d'eau froide, des étoiles de mer de différents tons de beige jonchent les parois
La remontée est facile, entre les failles, et le palier se fait sur le jardin de corail, en compagnie d'une multitude de petits poissons, de perroquets multicolores et de demoiselles en habits de fête.
Nous référons cette plongée à plusieurs reprises, un peu plus bas, dans la limite du raisonnable et de la sécurité, bien entendu.

Après plus de soixante plongées dans cet archipel, nous sommes encore  sous le charme ! Lors de notre prochain passage dans les îles Tuamotu, nous plongerons peut-être  à Rangiroa, haut  lieu de plongée, et dans d’autres atolls, je vous raconterai...